mardi 18 novembre 2014

Électeurs du Tablier (Vendée) aux élections municipales et cantonales de 1848

   
     Le site des Archives Municipales de La Roche-sur-Yon (http://archives.ville-larochesuryon.fr/) permet désormais d'accéder aux listes suivantes contenant plus de 210 noms d'habitants du Tablier en 1848 :

- Votants (avec indication de profession) de la commune  aux élections municipales de 1848 (vues 83 à 85/111).

- Electeurs (avec précision de leur lieu d'habitation) de la commune aux élections cantonales (canton de Napoléon - La Roche-sur-Yon -) en août 1848 (vues 86 à 88/111).

vendredi 11 juillet 2014

Nomination du procureur de La Charité du Tablier (1778)


     Le 20 mars 1778, dans la maison curiale de la paroisse du Tablier, il était procédé devant Me BUREAU, notaire des châtellenies de La Gerbaudière et du Tablier, et en présence de Messire Jacques MOROUZEAU, prêtre, curé du Tablier, à la nomination du procureur de la Charité.

     S'étaient réunies à cet effet :
                                Marie CANTET et Jeanne CANTET, demeurant séparément au bourg,
                                Marianne GREFFARD, demeurant à La Barre,
                                Marie BOCQUIER " et autre, les toutes soeurs de La Charité de l'église et paroisse du Tablier ".

     Après avoir examiné qui serait le plus digne et capable d'exercer cette fonction, fut choisi  à l'unanimité Me Pierre JEANNET, marchand, demeurant au bourg du Tablier, qui, présent, accepta la charge qui consistait notamment à tenir, sur un livre, les comptes de La Charité.

     L'acte est alors signé par MOROUZEAU, P. JEANNET, Jeanne CANTET, et Marie CANTET ainsi que par les notaires (Acte de Me BUREAU, notaire au Tablier ; vue 244/410).

N.B : Voir aussi sur ce blog, au 14 février 2012 : " La confrérie de La Charité, au 18e siècle, au Tablier ".

mercredi 9 juillet 2014

Kermesse à Piquet (Le Tablier -Vendée) le 10 juillet 1932



(Ouest-Eclair, édition de Nantes, 4 juillet 1932)


jeudi 12 juin 2014

Le Tablier (Vendée) dans le registre clandestin de St Florent des Bois (1794-septembre 1795)

   
     Les actes de baptêmes, d'inhumations et quelques actes de mariages figurant sur le registre clandestin de Saint-Florent-des-Bois (Vendée) concernent, outre St Florent, une douzaine de paroisses dont Le Tablier mais aussi St Vincent sur Graon, Rosnay, Chaillé sous les Ormeaux, Château-Guibert, Corbaon, Thorigny, Le Bourg sous La Roche, Angles, La Couture, ou encore Saint André sur Mareuil.

     Les premiers événements cités dans ces actes sont datés du 28 mars 1794 mais les célébrations ne débutent que le 18 mai 1795 pour se poursuivre jusqu'en septembre 1795.

     Les deux premières célébrations (18 mai 1795) sont signées de " DOUSSIN de VOYER, c.r. (Chanoine régulier), vicaire général du diocèse de Luçon ". On apprend un peu plus loin dans le registre (vue 4/009) qu'il est " de l'Ordre de Saint Augustin, congrégation de Ste Marie de Chancellade, prieur-curé de Ste Marie, Ile de Ré, vicaire général de Mgr de MERCY, évêque et baron de Luçon, émigré en pays étranger pour cause de religion ".

(Archives de la Vendée : registre clandestin de Saint-Florent-des-Bois.1794)

     Sur le plan de l'organisation militaire des vendéens, ce registre nous apprend également que :

- de SAINT-PAL se disait, le 1er septembre 1793, " commandant les armées catholiques et royales réunies au bourg des Essarts " et signait, le 5 octobre 1795, comme " inspecteur général militaire de l'armée de la Vendée " (vue 5/009).

- Pierre SELIN, était commandant de la paroisse de Saint-Florent (1.9.1793, vue 5/009),

- RAIMBERT (*), " inspecteur de la division du Tablier " à la fin de l'année 1794 (30.12.1794, vue  /009),

- REILLET (**), inspecteur divisionnaire début octobre 1795 (5.10.1795, vue 5/009).


      * Pierre RAIMBERT (parfois écrit RIMBERT) est né vers 1736 à Vairé. Il est le fils de Me Pierre Gabriel RAIMBERT, notaire de la baronnie de Brandois et la Mothe-Achard et de la Châtellenie de la Maurière (du 21.10.1738 à 1779), en résidence à Vairé, et de Anne Louise Catherine BUCHET.
     Le 9 avril 1771, à Saint Hilaire de Riez (vue 89/131), notaire - depuis 1768 - et procureur de Brandois, il épouse Renée Louise CORDON, fille de + Sieur François Gabriel CORDON, chirurgien-juré, et de Dlle Marguerite TARDY. Les époux sont du 4e au 4e degré de consanguinité. La cérémonie est célébrée par le frère de l'époux, Jean Gabriel RAIMBERT, vicaire du Grand-Luc qui deviendra curé de la Limouzinière en 1792.
     Pierre RAIMBERT est décédé le 30 septembre 1821, dans sa maison du bourg de Vairé (vue 263/377). Il est alors âgé de 85 ans (° vers 1736) et veuf, son épouse étant décédée à Vairé le 19 novembre 1796. C'est son fils, Pierre Gabriel RAIMBERT, propriétaire et maire de Vairé, âgé de 48 ans (° vers 1773), qui déclare son décès en 1821.

     ** René François REILLET, fermier, demeurait au logis de la Pitaudière à St Florent des Bois où son père, François REILLET (° vers 1719), aussi fermier, veuf de Marguerite ARNAUD, est décédé le 17.12.1794 à 75 ans  (vue 8/009). René François REILLET avait épousé le 20.11.1787, dans l'église de l'abbaye des Fontenelle, à St André d'Ornay, Marie-Anne Françoise RUCHAUD, fille du fermier des Fontenelles (vue 367/384). Leur contrat de mariage avait été reçu par Me Chabot, notaire à Venansault, le 9.1.1787 (vue 704/851).

mercredi 11 juin 2014

Accidents de travail au Tablier (1936-1942)


(Ouest-France 9.11.1936)


(Ouest-France 9.8.1937)


(Ouest-France 6.9.1942)

lundi 9 juin 2014

Combattants du Tablier (Vendée) morts en 1914-1918


     Suite à de nouveaux renseignements découverts sur des personnes en relation avec Le Tablier (naissance, domicile ... ) et décédées au cours de la Grande Guerre, voici une nouvelle mouture de la liste publiée sur ce blog le 11 février 2010 , étant précisé que parmi les six soldats indiqués comme " MORTS de MALADIE" sur le Monument au Morts du Tablier (L. TROQUIER, A. MARTINEAU, F. BERTRAND, J.COUSINET, F. JEANNET et L. TROQUIER), je n'ai pu retrouver qu' Auguste François MARTINEAU, Louis Ferdinand Gabriel BERTRAND et Jean Auguste Marie COUSINET.

     Des photos du Monument aux Morts du Tablier ont été publiées sur ce blog le 7 février 2010.

      - Florimond Casimir Alexandre AUGUSTE, né le 9 avril 1888 à La Boissière des Landes, fils de Marie Alexandre AUGUSTE et de Marie Louise GALLERNEAU.
Il habitait au Tablier depuis le 7.12.1913.
Matricule 527 de la classe 1908 (vue 54/936). Arrivé au 93e Régiment d’infanterie le 19.11.1914. Passé au 2e régiment de zouaves le 27.5.1915 puis au 1er régiment de zouaves le 30.10.1917. Décédé par suite de blessures de guerre le 9.10.1918 à l’ambulance 10/13, à l'Hôpital d'évacuation de Bussy-Le-Château (Marne). Sa sépulture (tombe 2502) se trouve dans la Nécropole nationale " Jonchery-Sur-Suippe " à Jonchery-Sur-Suippe (Marne).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Armand Louis François BERLAND, né le 30.8.1893 au Tablier, fils d’Armand BERLAND (° 1867 La Roche sur Yon) et de Marie Esther BRECHOTEAU (° 1866 Le Tablier).
Recensé à La Girardière du Tablier en 1906 (vue15), il était ouvrier sabotier au Tablier en 1913.
Matricule 1467 de la classe 1913. Voir le détail de son parcours militaire (vue 871/929). Soldat au 85e régiment d’infanterie, il est fait prisonnier à Maisons de Champagne le 21.3.1918 avec onze de ses camarades (J.M.O du 85e RI, vues 19-21/57) et rapatrié le 26.11.1918.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Louis Ferdinand Gabriel BERTRAND, né le 6 avril 1873 au Tablier, fils de Pierre BERTRAND et de Marie BROCHET.
Cultivateur au Fief du Tablier, il était l’époux d’Aurélie BILLAUD, née en 1870 au Tablier et le père de Marie BERTRAND née en 1899 au Tablier (Recensement 1906, vue 7).
Matricule 1638 de la classe 1893 - 4e volume – (vue 206/728). Classé service armé le 25.11.1915 par la commission de réforme de La Roche sur Yon, il est affecté au 3e régiment colonial. Appelé à l’activité en vertu du décret de mobilisation du 1.8.1914, il arrive au corps le 20.3.1915. Soldat de 2e classe, il décède à l’Hôpital Militaire de Rochefort sur Mer le 27.4.1915
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier, dans la liste des « Morts de maladie » avec cinq autres soldats.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     - Pierre Maximin Georges BIZET, né le 10 décembre 1890 à St Florent des Bois, fils de Pierre BIZET et de Marie Mélanie Octavie PAJOT.
Matricule 780 de la classe 1910 (vues 570 et 571/978).  Arrivé au 93e Régiment d’infanterie le 4.8.1914. Blessé le 27.8.1914 à Chaumont Saint Quentin (balle dans l’épaule gauche). Blessé le 9.10.1915 à Tahure (éclat d’obus main droite). Passé au 120e RI le 19.1.1915 par note de service 390 M du 11.1.1915 du Général commandant la 11e Région. Nommé caporal le 27.3.1915. Passé au 77e RI le 23.2.1917.
Cité à l’ordre du régiment le 9.6.1918 (n° 282) : «  Bon caporal qui a fait bravement son devoir en toutes circonstances. A été blessé deux fois ».
Tué à l'ennemi, après être passé au 277e Régiment d'infanterie, le 31 août 1918 à Chavigny (Aisne) (ou devant Leury - Aisne -). Mort pour la France. Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Léon Zacharie Jean Adrien BOCQUIER, né le 5 novembre 1894 au Tablier, fils d’Adrien BOCQUIER et de Victoire Marie VINCENT.
Matricule 609 de la classe 1914. Incorporé au 2e Régiment d’infanterie coloniale le 15.12.1914. Disparu le 25.9.1915 à Souain (Marne ; actuellement Souain-Perthes-lès-Hurlus) comme soldat de 2e classe au 52e Régiment d'infanterie coloniale. Tué à l'ennemi le 25 septembre 1915 à Souain (Marne). Mort pour la France. Sa sépulture (tombe 6660) se trouve dans la Nécropole nationale " La Crouée " à Souain-Perthes-Lès-Hurlus (Marne).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Armand Louis Joseph BOILEAU, né le 2.11.1893 au Tablier, fils de Louis BOILEAU (° 17.10.1841 Le Tablier) et de Marie Rose GUILLOTON (° 7.8.1842 Curzon - vue 196/202 -), mariés au Tablier le 30.4.1884 (vue 2/054).
En 1913, domestique de ferme, il réside à Ecoyeux (Charente-Inféreure) tandis que sa mère, veuve, habite à St Jean d’Angély. Sa famille qui avait habité à l’Etang du Tablier (recensements 1886, vue 11/017, et 1891, vue 11/017), avait dû quitter la commune entre 1893 et 1906.
Matricule 115 de la classe 1913 au bureau de recrutement de La Rochelle (vue 185/757). Incorporé le 26.11.1913 au 21e régiment d’infanterie coloniale, il passe au 114e régiment d’infanterie. Arrivé au corps le 27.1.1914, il est nommé caporal le 11.11.1914. Il décède des suites de blessures de guerre (« Mort pour la France »), le 28.1.1915 à l’Hôpital mixte de Domfront (Orne).
Il est inhumé dans le carré militaire de Domfront (61).
Son nom figure à St Jean d’Angély, sur le Monument aux Morts et sur la plaque commémorative 14-18 de l’église St Jean Baptiste.
__________________________________________________________________
    - Louis Pierre Célestin BRECHOTTEAU, né le 9 septembre 1896 au Tablier, fils de Louis BRECHOTTEAU et de Marie CHARPENTREAU.
En 1906 (Recensement - vue 11 -), il demeurait au village de l’Etang au Tablier.
Matricule 2074 de la classe 1916.  Soldat de 2e classe au 91e Régiment d'infanterie. Tué à l'ennemi le 20 octobre 1917 au Pont des Anglais près de Soissons (Aisne). Sa sépulture (tombe 387) se trouve dans la Nécropole nationale "Crouy " à Crouy (Aisne).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Paul François Joseph BRECHOTTEAU, né le 15 octobre 1881 au Tablier, fils de François BRECHOTEAU et de Marie AUBIN.
Matricule 2271 de la classe 1901 (vue 382/492). , soldat de 2e classe au 2e Régiment d'infanterie coloniale, arrivé au corps le 9.2.1915, aux armées le 18.6.1915. Signalé disparu le 14.7.1915 à Bois Baurain (secteur de Servon-Melzicourt - Marne-). Tué à l'ennemi le 14 juillet 1915 à Bois Baurin (Argonne). Sa sépulture (tombe 448) se trouve dans la Nécropole nationale " Saint Thomas en Argonne " à Saint-Thomas en Argonne (Marne).
La Médaille commémorative de la Grande Guerre lui fut attribuée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
      - Alphonse Léon Joseph BROCHET, né au Tablier le 17 octobre 1890, fils d’Alphonse BROCHET et de Marie RAYNEAU (vue 6/023).
  Matricule 511 de la classe 1910 (vue 25/978) sous le nom d’Alphonse Pierre Joseph BROCHET. Parti avec la 12e compagnie du 93e Régiment d'infanterie le 5.8.1914. Blessé à La Fère-Champenoise le 7.9.1914 (« Plaie de la fesse gauche par éclat d’obus paraissant contenir des gaz »). Evacué des armées, il arrive au dépôt le 15.9.1915. Parti en renfort au 293e RI le 29.10.1915. Blessé à Souain (dans la Marne ; actuellement Souain-Perthes-lès-Hurlus) le 25.4.1916 (« Plaie en séton par sharpnell face interne du cou de pied droit »). Evacué à nouveau des armées, il arrive au dépôt le 7.7.1916. Tué à l'ennemi le 3 mai 1917 au sud de Cerny en Laonnois (Aisne), il est inhumé dans le cimetière militaire français de cette commune, tombe individuelle n° 1100.
Son nom n’est pas gravé sur le Monument aux Morts du Tablier ; par contre, sur celui de Rosnay figure un Alphonse BROCHET qui pourrait bien être cette personne.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Louis Victor BROCHET, né le 15 août 1895 à Mareuil-sur-Lay, fils de Victor BROCHET et de Léontine VINCONNEAU.
Matricule 2185 de la classe 1915 (vue 346/893). Incorporé au 118e Régiment d’infanterie le 15.12.1914. Passé au 402e RI le 12.5.1915. Blessé le 29.9.1915 à Souain (Marne ; actuellement Souain-Perthes-lès-Hurlus) : éclat d’obus main droite. Passé au 131e RI le 1.4.1916. Décédé par suite de blessures de guerre le 18 mai 1916 à l'Hôpital mixte de Moulins (Alliers). Sa sépulture (tombe 16) se trouve dans le carré militaire " Moulins " à Moulins (Allier).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Florimond André CHANCELIER, né le 3 novembre 1895 à Rosnay, fils de Louis CHANCELIER et de Céleste BILLAUD.
Matricule 2195 de la classe 1915 (vue 362/893). Incorporé au 118e Régiment d’infanterie le 15.12.1914. Passé comme soldat de 2e classe, le 12.5.1915, au 402e RI. Disparu le 29.9.1915 cote 139,  sud Sainte-Marie-à-Py (Marne). Tué à l'ennemi le 29 septembre 1915 à Sainte-Marie-à-Py (Marne). Mort pour la France. Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Emile Auguste Pierre CHARRIER, né le 25 octobre 1886 au Tablier, fils d’Auguste CHARRIER et de Nathalie MOCQUILLON.
 En 1906, il était domestique meunier.
Matricule 1955 de la classe 1906 (vue 734/814). Nommé caporal au 293e Régiment d'infanterie le 29.11.1914. Signalé comme disparu le 26.9.1915 à Ville-sur-Tourbe (Marne). Tué à l'ennemi le 26 septembre 1905 à Ville-sur-Tourbe (Marne).  Mort pour la France. Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 - Jean Auguste Marie COUSINET, né le 27 mars 1875 à La Boissière des Landes, fils de Jean COUSINET et de Marie BERTRET.
Matricule 1681 de la classe 1895 (vue 262/760).  Arrivé au Groupe territorial du 3e Régiment d’artillerie à pied le 20.3.1915. Passé au 8e Régiment d'artillerie à pied (ou 8e R.A.C ?). Décédé de maladie contractée en service (tuberculose pulmonaire généralisée) le 28 janvier 1917 à l’Hôpital de Saint-Joseph à Epinal (Vosges). Sa sépulture (tombe 1273) se trouve dans la Nécropole nationale " Epinal " à Epinal (Vosges).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier avec ceux de cinq autres soldats «Morts de maladie ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Jean Baptiste Augustin Zacharie DELAVAUD, né le 23 juin 1892 au Tablier, fils de Jean DELAVAUD et de Marie RAYNAUD.
Matricule 151 de la classe 1912 (vue 267/871).  Soldat de 2e classe au 132e Régiment d’infanterie, passé, le 21.10.1914, au 41e Régiment d'infanterie. Blessé (plaie main gauche par grenade) le 21.10.1916 à Flirey (Meurthe et Moselle). Décédé (venu du 6e RI), par suite de blessures de guerre, le 30 avril 1917 à Moronvilliers (Marne). Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
      - Gaston Georges Léon DUPAS, né le 12 mars 1891 à Nesmy, fils de Gratien DUPAS et de Mélanie JOURDAIN.
Matricule 710 de la classe 1911 (vue 400/914). Soldat de 2e classe au 137e Régiment d'infanterie. Tué à l'ennemi antérieurement au 20 août 1915. Inhumé à La Fère Champenoise (Marne). Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
___________________________________________________________________________
      - Victor FAUCHER, né le 14 juillet 1890 à La Roche sur Yon, est le fils de Marie Adrienne FAUCHER  (née à La Rochelle vers 1860, domestique à La Roche sur Yon, élève de l’Hospice de la ville) et le frère de Pierre Joseph FAUCHER (né à La Roche sur Yon, le 28.3.1892 ; soldat de la classe 1912, matricule 1275 - vue 490/872-).
Venu du Champ Saint Père, il n’habite au Tablier qu’à partir du 26 juillet 1914.
Soldat de 2e classe au 137e Régiment d'Infanterie (classe 1912, matricule 1575 – vue 195/972-), il décède par suite de blessures le 18 décembre 1914 à Louvencourt (Somme). Sa sépulture (tombe 141) se trouve dans le carré communal de Warloy-Baillon (Somme).
Comme pour trois autres pupilles de l’Assistance Publique de la Vendée, il a figuré sur le Monument aux Morts du Tablier, sans prénom, de 1921 à 2011.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
   - Raphaël Célestin Edmond FERON (FERONT sur le Monument aux Morts du Tablier), né le 27 octobre 1889 au Tablier (vue 46/048), fils de Charles FERON, charpentier, et de Marie LEBOEUF.
Soldat de 2e classe au 137e Régiment d'Infanterie (matricule 1042  - vue 70/800 -). Disparu (tué à l'ennemi) le 27 août 1914 à Chaumont-Saint-Quentin (Ardennes). Signalé décédé sur une liste officielle allemande indiquant Plaque et livret provenant d’un soldat tombé à Sedan en 1914. Déclaré décédé le 27.8.1914 par jugement du Tribunal de La Roche sur Yon, le 13 avril 1920.
Sa sépulture n’a pas été retrouvée. Sa dépouille se trouve peut-être parmi les 1.200 soldats inhumés dans une fosse commune de la nécropole de Noyers Pont Maugis (Ardennes), non loin de Sedan, et qui faisaient partie des régiments vendéens et bretons ayant résisté à l’armée allemande du 26 au 28 août 1914.
 Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Gustave Aimé François GILBERT, né le 2 mai 1894 au Tablier, fils de Jean GILBERT et de Victoire SITEAU.
Matricule 711 de la classe 1914. Incorporé le 8.9.1914 au 21e Régiment d'infanterie. Décédé par suite de blessures de guerre le 14 juin 1915 à Hersin (Pas-de-Calais) dans l'ambulance n° 2. Sa sépulture (tombe 237) se trouve dans le carré militaire " Hersin " à Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
      - Alcide Louis Ferdinand GRALEPOIS, né le 28 mars 1892 au Tablier, fils de Ferdinand GRALEPOIS et de Célestine PILLENIERE.
Matricule 187 de la classe 1912 (vue 340/871).  Maître-pointeur au 1er Régiment d'artillerie coloniale le 1er mars 1916. Tué à l'ennemi le 12 octobre 1917 au Bois du Beau Marais à Craonnelle (Aisne). Sa sépulture (tombe 1856) se trouve dans la Nécropole nationale " Pontavert " à Pontavert (Aisne).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Arsène Jean Florent GRALEPOIS, né le 26 décembre 1896 au Tablier, fils de Ferdinand GRALEPOIS et de Florentine PILLENIERE.
En 1906 (Recensement - vue 14 -), il demeurait au village de Ripaud au Tablier.
Matricule 2141 de la classe 1916. Soldat de 2e classe au 7e régiment d'infanterie coloniale. Décédé par suite de blessures de guerre le 6 octobre 1918 à Louvois (Marne), à l'ambulance 5/22, secteur postal 11. Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     - Célestin Louis LALU, né à St Sulpice en Pareds le 20 décembre 1889 (vue 41/059), de Marie Louise Victorine LALU (1871-1949).
Célestin LALU était placé dans la famille MARIONNEAU, à la Pasquerie du Tablier.
 Matricule 1088 de la classe 1909 (145/800), soldat de 2e classe au 137e Régiment d'Infanterie). Présumé blessé. Disparu au combat le 27 août 1914 à Chaumont-Saint-Quentin (Ardennes). Signalé décédé sur une liste officielle allemande indiquant Plaque et livret provenant d’un soldat tombé à Sedan en 1914. Déclaré décédé le 27.8.1914 par jugement du Tribunal de La Roche sur Yon, le 22 février 1921. Mort pour la France.
Sa sépulture (tombe 159) se trouve dans la Nécropole nationale " La Marfee " à Noyers-Pont-Maugis (Ardennes).
Comme pour trois autres pupilles de l’Assistance Publique de la Vendée, il a figuré sur le Monument aux Morts du Tablier, sans prénom, de 1921 à 2011.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Auguste Clément Achille LEBLANC, né le 1er mars 1889 à Rosnay, fils de Zacharie LEBLANC et de Vitaline POIRAUD.
Il habitait au village du Fief du Tablier depuis le 12.10.1913.
 Matricule 746 de la classe 1909 (vue 444/900). Soldat de 1ère classe (4.2.1915) au 64e Régiment d'Infanterie (4e compagnie). Décédé par suite de maladie contractée au service le 1er avril 1915 (ou le 10 avril ?)à Amiens (Somme). Sa sépulture (tombe 1191) se trouve dans la Nécropole nationale " Saint Acheul " à Amiens (Somme).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.

_____________________________________________________________________________

     - Auguste François MARTINEAU, né le 1.7.1886 au Tablier (vue 20/048), fils de Louis Joseph MARTINEAU (° ca.1844) et de Rose Louise PILLET (° ca. 1844), propriétaires cultivateurs au Puy du Tablier qui s’étaient mariés au Tablier le 1.9.1869 (vue 4/079).
Cultivateur au Puy du Tablier (1906 et recensement de 1911, vue 10/016).
Matricule 1865 de la classe 1906 (vue 587/814). Mobilisé le 1.8.1914, il arrive au corps (35e régiment d’artillerie) le 3.8.1914. Il passe au 51e régiment d’artillerie le 2.11.1915 et décède à l’Hôpital de Nantes (Hôpital Baux ?) le 18.4.1916.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier, dans la liste des « Morts de maladie » avec cinq autres soldats.
_________________________________________________________________________
    - Henri Isaac Auguste MARTINEAU, né le 24 juin 1884 à St Florent des Bois, fils d’Isaac MARTINEAU et de Pélagie MEDARD, est, en 1904, l’aîné de sept enfants.
Il habite au Tablier depuis le 22 mars 1914.
Matricule 1866 au recrutement de la classe 1904 à La Roche sur Yon (vue 538/733), il est incorporé, en 1914, au 323e Régiment d'Infanterie de La Rochelle. Considéré comme disparu le 20 août 1914 à Oriocourt (Lorraine) et tué à l'ennemi le 25 août 1914 au même endroit. Il a été inhumé dans la nécropole nationale de Riche, en Moselle sous le nom d’Isaac MARTINEAU, soldat du 323e RI.  Cette nécropole rassemble les dépouilles des soldats tués lors de l’offensive de Lorraine (bataille des 3 frontières) qui s’est déroulée dans ce secteur les 19 et 20 août 1914.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
N.B : Orhofen était le nom allemand d’Oriocourt (Meuse).
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Eugène Théodore MATHURIN, né le 12 février 1894 à l’Hospice de La Roche sur Yon. Pupille de l’Assistance Publique de la Vendée.
En 1906 (Recensement - vue 8 -), il était domestique à La Rivière de Chaillé sous les Ormeaux, chez Louis Aimé POIRAUD. Il sera ensuite placé dans une famille à Thorigny.
Matricule 786 de la classe 1914. Incorporé au 57e Régiment d’infanterie le 5.9.1914 caporal mitrailleur (le 25.5.1916) au 57e Régiment d'infanterie. Tué à l'ennemi. Décédé à l’ambulance 3/18 par suite de blessures de guerre,  le 6 mai 1917 à Beaurieux (Aisne - canton de Craonne). Sa sépulture (tombe 535) se trouve dans la Nécropole nationale " Pontavert " à Pontavert (Aisne).
 Il a reçu la croix de guerre avec palme deux mois après sa mort.
Comme pour trois autres pupilles de l’Assistance Publique de la Vendée, il a figuré sur le Monument aux Morts du Tablier, sans prénom, de 1921 à 2011.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Joseph Alexandre Victor MOCQUILLON, né le 23 mars 1890 au Tablier, fils d’Aimé MOCQUILLON et de Victoire CANTET.
A compter du 9.11.1914, il était domicilié au Bourg sous La Roche.
Matricule 590 de la classe 1910.  Affecté au 125e Régiment d’infanterie le 14.11.1914. Passé au 18e Régiment d'infanterie (10e compagnie) le 31.1.1915 et parti aux armées comme soldat de 2e classe le même jour. Décédé par suite de blessures de guerre le 7 juillet 1916 à l’Hôpital temporaire de Revigny (Meuse). Mort pour la France. Sa sépulture (tombe 725) se trouve dans la Nécropole nationale de " Revigny sur Ornain " à Revigny sur Ornain (Meuse).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
__________________________________________________________________
        - Ferdinand Gustave Louis MORET, né le 2 décembre 1890 (ou le 21.12.1890 ?) au Tablier, fils de Louis MORET et d’Esther BRECHOTTEAU.
Matricule 792 de la classe 1910 (vue 592/978). Arrivé au 64e Régiment d’infanterie (Ancenis)  le 3 .8.1914. Soldat de première classe. Caporal. Disparu (fait prisonnier) le 8.9.1914 à La Fère Champenoise (Marne). Interné à Erfurt (Allemagne)
Décédé par suite de maladie contractée au service le 17 janvier 1916 à l’hôpital de prisonniers de Gottingen (Allemagne). Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    -  François Eugène Jean Joseph NAULET, né le 5 février 1893, à ?, pupille de l’Assistance Publique de la Vendée.
D’après le recensement de 1906 (vue 6/016), il serait né au Tablier - ce qui est une erreur - et travaillait alors comme domestique à la Grassonnière du Tablier, chez Aimé RENAUD et Marie VINCENT, son épouse. Il n’y figure plus sur le recensement de 1911 (vue 5/016).
Matricule 1182 de la classe 1913. Soldat du 147e régiment d’infanterie, il est Mort pour la France le 6.7.1915 à l’Hôpital temporaire n° 7 de Neufchâteau (Vosges) par suite de blessures de guerre. Il est inhumé dans la tombe individuelle 734 de la Nécropole Nationale de Neufchâteau, à Neufchâteau (88).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier. Comme pour trois autres pupilles de l’Assistance Publique de la Vendée, il a figuré sur le Monument aux Morts du Tablier, sans prénom, de 1921 à 2011, mais sous le nom de MAULET.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Charles Célestin Gustave Joseph PAPIN, né le 14 octobre 1893 au Tablier, fils de Charles Calixte Célestin PAPIN et de Célestine BOUGNOTEAU.
Matricule 1663 de la classe 1913 (vue 312/931). Soldat au 7e Régiment d’artillerie. Caporal le 19.3.1915. Soldat de 2e classe, sur sa demande, le 26.8.1915. Passé au 6e Régiment d'infanterie coloniale le 6.9.1915. Caporal le 11.12.1915. Passé à la compagnie du petit dépôt de la coloniale le 11.12.1915. Passé au  6e Régiment d'infanterie coloniale le 1.2.1916.
Cité à l’Ordre du Régiment n° 431 du 28.7.1916 : « Volontaire pour un coup de main à entreprendre contre un poste avancé ennemi, a fait preuve d’un grand courage et du plus beau sang froid ».
 Tué à l'ennemi le 5 septembre 1916 entre Barleux et Belloy en Santerre (Somme) (ou à Belloy en Santerre ? ou à Dompierre ?). Sa sépulture (tombe 48) se trouve dans la Nécropole nationale " Dompierre-Becquincourt " à Dompierre-Becquincourt (Somme).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Pierre Auguste Aimé PAPIN, né le 2 octobre 1882 à Nesmy, fils d’Alexandre PAPIN et de Marie PENISSON.
Il habitait au Tablier depuis le 29.4.(1914 ?).
Matricule 1133 de la classe 1902 (vue 211/798).  Soldat de 2e classe, arrivé le 12.8.1914 au 93e Régiment d'infanterie (11e compagnie). Tué à l'ennemi le 25 septembre 1915 devant Beauséjour (Marne). Mort pour la France. Sépulture non trouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Auguste Noël Alphonse PILLENIERE, né au Tablier le 25.12.1883, fils de Pierre Auguste PILLENIERE et d'Aimée Séraphine LEBOEUF.
Il était domicilié à Aubigny.
Matricule 2004 de la classe 1903 (vue 9/406). Soldat de 2e classe arrivé au 3e régiment d'infanterie coloniale le 13.8.1914, il partit aux armées le 31.8.1914. Il disparut, avec une centaine d'autres vendéens du même régiment  - et parmi un millier de victimes - le 26 février 1916, après le torpillage du navire Provence II, à destination de Salonique, au large du Cap de Matapan (Grèce), par le sous-marin allemand U 35. Mort pour la France.
    Le jugement déclaratif de décès a été rendu un an plus tard, le 27 février 1917, à Cherbourg (Manche) et transcrit au même lieu, port d'attache du navire réquisitionné.
N.B : Voir la notice parue sur ce blog le 7 juin 2012.
__________________________________________________________________________
    - Maurice Arthur Anselme PLAIRE, né à Thorigny le 16.1.1881, était le fils de François Eugène PLAIRE (° 24.9.1851 Vouillé les Marais), instituteur communal à l'école publique de garçons de Thorigny de 1875 à 1907, et de Léontine Adéline BLAINEAU (° 6.2.1854 Thorigny).

N.B : Voir sa notice plus complète publiée sur ce blog le 20 mai 2012.
________________________________________________________________________
     - Ferdinand Clément Auguste RAYNEAU, né au Tablier le 3 août 1884, fils d’Adolphe RAYNEAU et de Victoire Aimée Joséphine BUREAU (vue 6/048).
Matricule 1773 de la classe 1904 (vue 403/733). Parti le 9.8.1914 avec la 19e compagnie du 293e Régiment d’infanterie. Evacué des armées, il arrive au dépôt le 15.9.1914. Parti en renfort au 293e RI le 11.101914.
  Soldat à la 12e compagnie du 93e Régiment d'infanterie, il décède de maladie occasionnée au service (tuberculose cavitaire laryngée : tuberculose pulmonaire) le 2 août 1916 dans le château de Mazères (alors transformé en Hôpital Sanitaire Régional - hôpital complémentaire -  n° 36), situé sur la commune de Barran (Gers). Il est inhumé dans le carré militaire du cimetière de cette commune rassemblant les sépultures des soldats décédés dans cet hôpital qui accueillait les militaires atteints d'affections pulmonaires, la plupart victimes de gaz de combat.
Son nom n’est pas gravé sur le Monument aux Morts du Tablier mais sur celui de Chaillé sous les Ormeaux ainsi que sur la plaque commémorative placée dans l’église de Chaillé.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Pierre Célestin Victor RAYNEAU, né le 29 juin 1887 au Tablier, fils de Victor RAYNEAU et de Mélanie GALLERNEAU.
Matricule 1605 de la classe 1907 (vue 159/872). Arrivé au 3e Régiment d’infanterie coloniale le 3.8.1914. Nommé caporal le 1.1.1915. Caporal-fourrier au Régiment d'infanterie coloniale du Maroc (3e Division) où il était passé le 18.6. 1916. Décédé par suite de blessures de guerre le 17 décembre 1916 à l'ambulance 12/20, Secteur Postal 80 Souhesmes (Meuse). Sa sépulture (tombe 915), se trouve dans la Nécropole nationale " Fontaine-Routhon " à Les Souhesmes-Rampont (Meuse).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - François Ferdinand Louis SIMONNEAU, né le 4 mars 1881 au Tablier, fils de Jean SIMONNEAU et d’Angèle GUITTOT (vue 98/11).
Matricule 2316 de la classe 1901 (vue 439/492). Arrivé au 93e Régiment d’infanterie le 26.2.1915. Passé au 129e RI le 12.6.1915 ; au 36e RI le 17.8.1915. Le 25.9.1915, à Neuville sur Vaast (Pas de Calais), au cours des combats, il est blessé au côté gauche par éclat d’obus et atteint de fractures du côté gauche. Il passe au 412e RI le 4.2.1916 ; au 135e RI le 16.8.1916  et enfin au 149e Régiment d'infanterie le 4.7.1918. Tué à l'ennemi (« Mort au Champ d’Honneur » le 28 septembre 1918 aux environs de Sommepy (Marne). Sa sépulture (tombe 3210) se trouve dans le carré 14/18 de la Nécropole nationale " La Ferme de Suippes " à Suippes (Marne).
La Médaille commémorative de la Grande Guerre lui fut attribuée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
_________________________________________________________________________
    - Barthélémy Henri TRICHET, né le 4 avril 1886 à La Roche sur Yon, fils d’Henri TRICHET et de Delphine BOIREL.
Matricule 2174 de la classe 1906 (vue 271/426). Affecté au 32e Régiment d’infanterie le 25.2.1915. Passé au 77e RI le 27.8.1915, puis, le 30.10.1915, comme 2e classe, au 21e bataillon de chasseurs à pied, section hors rang. Décédé de maladie en service commandé ( broncho-pneumonie) le 8 octobre 1918 à l'Hôpital mixte de Montargis (Loiret). Mort pour la France. Sa sépulture (tombe 17, rang 13, carré 29) se trouve dans le carré militaire " Montargis SF " à Montargis (Loiret).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
___________________________________________________________________________
    - Maximin Gustave Fernand TROCQUIER, né le 25 juillet 1891 au Tablier, fils de Jules TROCQUIER et de Louise BRECHOTTEAU.
Matricule 1536  de la classe 1911. Chasseur de 2e classe au 2e Régiment de chasseurs. Décédé par suite de blessures le 29 septembre 1915 (ou le 2.10.1915 ?) à Perthes les Hurlus (Marne). Sa sépulture (tombe 1503) se trouve dans la Nécropole nationale " Mont-Frenet " à La Cheppe (Marne).
Son nom, gravé TROQUIER  Fernand, figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Jean Léon Auguste TROQUIER, né le 22 décembre 1881 au Tablier, fils de Jean TROQUIER et de Félicité BERTRET.
Matricule 736 de la classe 1901. Arrivé au 135e Régiment d’infanterie le 21.8.1914. Parti en renfort au 93e RI le 79.1914 comme soldat de 2e classe. Signalé disparu le 25.9.1915 à Mesnil-Les-Hurlus (Marne). Tué à l'ennemi le 25 septembre 1915 à Mesnil-Les-Hurlus (Marne). Sa sépulture (tombe 3434) se trouve dans la Nécropole nationale " La Ferme de Suippes " à Suippes (Marne).
La Médaille commémorative de la Grande Guerre lui fut attribuée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    - Eugène Pierre Marie TROQUIET, né le 15 mars 1893 au Tablier, fils de Jean Ferdinand TROQUIET et de Rose Eugénie BRECHOTEAU.
Matricule 1748 de la classe 1913. Deuxième canonnier au 51e Régiment d'artillerie. Maître pointeur le 1.2.1915. Décédé par suite de maladie contractée en service (tuberculose pulmonaire) le 1er février 1916 à l'Hôpital complémentaire n° 20 de Pamiers (Ariège). Sa sépulture  se trouve dans le Carré militaire du cimetière communal de Pamiers (Ariège).
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier avec ceux de cinq autres soldats «Morts de maladie ».
___________________________________________________________________________
      - Pierre Joseph Ferdinand VINCENT, né le 3 septembre 1886 au Tablier, fils de Louis VINCENT et de Rosalie PILLENIERE.
Matricule 1919 de la classe 1906 (vue 672/814). Parti comme soldat de 2e classe avec la 22e compagnie du 293e Régiment d'Infanterie. Porté disparu le 28 août 1914 à Chaumont-Saint-Quentin (Ardennes). «  Mort pour la France en août 1914 à la bataille de Sedan ». Sépulture non retrouvée.
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Tablier.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------


mardi 25 février 2014

Des traces de la Guerre de Vendée, au Tablier, dans un acte notarié (1798)


     Le 19 prairial an VI (17 juin 1798), Me André MARTINEAU, notaire au Tablier, établit le partage d'immeubles dépendant de la succession de Marianne PAPAILLON, épouse de François BRECHOTTEAU (1729-1803), et sis au Puy du Tablier ainsi qu'aux Jaunières de Château-Guibert.
     Ce partage a lieu entre ses enfants, Pierre BRECHOTTEAU (1769-1806), saunier patenté au Puy du Tablier, époux de Marianne VINCENT, et sa sœur, Marianne BRECHOTTEAU (1772-1800), épouse de Pierre GAUVREAU (ou GAUVEREAU), laboureur au Puy du Tablier.
     Le tirage au sort attribue notamment à la fille " la pièce de terre du Crènôn près la fosse au soldat " et au fils " la moitié d'une maison brûlée " (et " le pré du Crénôn ").
     " La fosse au soldat " est sans doute à rapprocher de " la fosse aux soudards " connue dans l'histoire du Tablier et qui se situerait près du village des Jaunières.
     Avec le temps, le soldat - Bleu, sans doute - est devenu un, puis des soudards.

     N. B : L'acte est visible sur le site des Archives de la Vendée, dans les minutes notariales du Tablier, étude B, André MARTINEAU, an VI, vue 207/446.

               Le site " Vendéens et Chouans " a repris l'article ci-dessus, le 9 octobre 2014, en le complétant d'une carte localisant les Jaunières et Le Crénon.
   
     Selon la tradition locale, cette fosse aurait été creusée pour vingt-sept soldats républicains surpris par les Vendéens.

     Par ailleurs, de nouvelles recherches dans les plans cadastraux  et les matrices cadastrales de la commune de Château-Guibert - limitrophe de celle du Tablier - où se trouve une partie du village des Jaunières, ont permis de localiser deux parcelles de labour, dites " Le Sausoudar ", cadastrées en 1812 dans la section A 4 sous les n°s 901 et 902 (vue 68/118), appartenant à François VIAUD, apprêteur d'étoffes à La Grassonnière du Tablier. Ces parcelles sont proches d'autres dénommées Le Quernon, Le Couenon, le Querna, le Crenon.

Parcelles A 901 et 902 situées à mi-distance entre Le Jaunières et La Maisonneuve

Les même parcelles vues sur Google Earth

samedi 15 février 2014

Prise de possession de la cure du Tablier par Messire Louis Henry SERVANT en 1779


     Sur ce blog, le 27 janvier 2011, un petit article retraçait la prise de possession de la cure et de l'église paroissiale Saint Melaine, du Tablier, par Messire Louis SERRE.
     
     L'acte de prise de possession par son prédécesseur, Messire Louis Henry SERVANT, a été rédigé  le 22 février 1779 par Me Nicolas-François GOUPILLEAU, notaire royal et apostolique à La Roche sur Yon (étude D, vues 446 et 447/541), en présence de Messire Jean Mathieu DAVID, prieur de Chaillé sous les Ormeaux, Mr Jean-Baptiste CAILLAUD, avocat, demeurant au bourg du Tablier, Mr Louis Marie LANDAIS et Me Philippe PAYNEAU, fermier et notaire du Tablier, demeurant à La Girardière.
     Cette prise de possession faisait suite à la démission de Messire Jacques MOUROUZEAU.

jeudi 30 janvier 2014

Les minutes notariales du Tablier (Vendée) sont désormais en ligne

   
 Les Archives de la Vendée viennent de mettre en ligne des dizaines de milliers de minutes notariales, portant à 250.322 le nombre d'actes consultables sur le site (http://www.archinoe.fr/cg85/minute.php).
     Parmi ceux-ci, figurent les minutes et les répertoires des notaires ayant exercé au Tablier et que conservent les Archives.
      Ces documents couvrent, pour Le Tablier, la période 1765-1825. Quatre catégories d'actes ont fait l'objet d'un repérage systématique : les contrats de mariage ; les testaments ; les inventaires de meubles et d'immeubles ; les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse. D'autres actes présentant un certain intérêt ont été également signalés.
     Cette mise en ligne est donc particulièrement intéressante pour tous ceux qui effectuent des recherches sur Le Tablier et on peut remercier tous ceux qui, aux Archives de la Vendée, ont œuvré pour nous permettre un accès facile à ces documents.

     N.B : Les généalogies de familles du Tablier figurant sur ce blog comportent parfois des références à des actes notariés. Ceux-ci ayant été relevés uniquement sur les répertoires d'actes, il y a lieu de se reporter aux minutes pour obtenir plus de détails.